Jonathan De Neck


Archive pour octobre 2007

Dazibao | Geoffroy Herens | La Dernière Heure | octobre 2007

Le groupe co-fondé par la Dionnaise Sophie Cavez sort son deuxième album.

DION-VALMONT Il est là ! Plus de deux ans après Alma, Dazibao sort enfin un deuxième album. Voilà qui devrait réjouir tant les amateurs de folk que les habitants de Dion-Valmont, le village de Sophie Cavez, fondatrice du groupe avec Jonathan De Neck. Deux accordéonistes entourés de Jo Zanders (docteur en percussions s’il en est) et de deux nouveaux, à savoir Emmanuel Baily (qui remplace Karim Baggili aux guitares) et Vincent Noiret (une des contrebasses les plus réputées).

Le titre de ce CD ? E40. Un choix somme toute logique. « C’est la toile d’araignée qui nous relie tous », expliquent Jonathan et Emmanuel. « Nous sommes de Liège, Sophie est souvent à Gand, Jo à Louvain et Vincent est obligé de l’emprunter pour nous rejoindre. Sans l’E 40, nous serions mal ! »

C’est donc sur une autoroute de notes et d’airs entraînants que Dazibao invite ses fans et ceux qui ne le seraient pas encore. En précisant bien que E40 (sur le label homerecords.be) marque une évolution. « Nous avons tous changé avec le temps », précise Jonathan, compositeur de la plupart des plages, à l’inverse d’Alma où c’était Sophie qui avait produit le plus. « Via nos divers projets parallèles, nous avons appris, subi des influences… Mais c’est toujours aussi difficile de nous mettre une étiquette musicale. »

Au niveau des titres, la manie de trouver des noms sans rapport avec la composition mais faisant office de sympathiques hommages à des proches est toujours là. Ainsi, Cheesy mum fait référence à la mère de Jonathan, fermière de son état et fabricante de fromage. La danse du bonze se rapporte au filleul de ce dernier. Sans parler de Batman, L & V, Côte Ouest… Quant à La flûte à six Schtroumpfs, il est de Sophie. « Mais je ne dirai pas à quoi elle fait allusion », prévient-elle en souriant. « C’est personnel. »

Reste maintenant à se complaire dans l’écoute de l’album dans l’attente de concerts qui gagnent à être vécus, à commencer par celui de samedi à Bruxelles. « Nous serons aussi à l’église de Vieusart le 29 février », prévient Sophie. « Ça va être bien. Le son sera bon. Et il y aura plus de place que dans la salle de l’Amitié de Chaumont. À part ça, comme d’habitude, nous n’avons pas de date dans la province ou en Région wallonne… » Aux centres culturels et organisateurs d’événements de pallier ce manque. D’urgence.

Geoffroy Herens – La Dernière Heure – octobre 2007